Prière mariale

En union de prière avec tous les membres de l’Association : à leurs intentions. 

 

 

 





MOIS DE JUILLET-AOÛT 2017 : CORPS ET ÂME
Editorial : Rappel de la Fête de la Trinité , le 11 juin, à la Basilique.
Nous sommes tout petits devant le Mystère. Emerveillés et comblés par le Seigneur, qui, avec Sagesse et miséricorde, a décidé de se révéler à nous, nous avons à consentir. A la suite des célébrations de la Sainte Trinité à Blois, une dame m'a dit : "Mon Père, c'est un vrai miracle "! J'ai répondu que c'était tout à fait normal en ce lieu. Dieu est à l'oeuvre. Chers amis, quelle que soit la situation dans laquelle vous vous trouvez, quel que soit votre âge et votre état de santé, acceptez humblement cette décision divine : Dieu demeure en vous, il veut y faire son oeuvre qui est merveilleuse. Vers 1900, dans le train qui le conduit à sa nouvelle paroisse, La Courneuve, le père Lamy se trouve installé dans un compartiment en face de deux grands messieurs. Ces messieurs ignorent que c'est le nouveau curé qui leur fait face et ils parlent entre eux des difficultés qu'il rencontrera puisqu'ils sont libre-penseurs et par conséquent très actifs contre la religion catholique dans cette ville. Au lieu de s'attrister et de s'inquiéter, le père Lamy se réjouit sachant que Dieu compte sur lui et surtout qu'il peut compter sur Dieu. Faisons comme lui, dan snos misères et nos épreuves, souvenons-nous que nous appartenons au Seigneur et que nous pouvons compter sur Lui. Père Vincent Delaby
P. Vincent Delaby




MOIS DE JUIN : L'APPEL DES CLOCHES, UN RYTHME DE VIE





Mois d'avril : Allez, de toutes les nations faites des disciples

Projet 2017

 

 

L’action de grâce monte vers la Ciel et ma gratitude est grande envers chacun d’entre vous qui avez entendu mon appel.

 

De tout cœur je vous remercie de votre participation généreuse aux projets 2017.

 

C’est non seulement, l’espérance de pouvoir mener à bien ces travaux mais également un encouragement pour la mission qui m’a été confiée.

 

Nous avons bien commencé il nous faut poursuivre et arriver au but.

 

A l’heure où j’écris ces lignes 8500 Euros ont été réunis, cette somme va nous permettre

 

-  de faire procéder à l’étude préalable (4500 euros) en vue de la remise en état de l’éclairage de la Basilique

 

de fabriquer de beaux bénitiers aux entrées de la Basilique et de la Crypte

 

 

Pour la suite nous avons besoin que ceux qui ont déjà participé soient rejoints par beaucoup d’autres.

 

La chapelle de Saint Joseph attend sa statue, d’après les premières démarches elle nécessitera la somme d’environ 3000 euros.

 

Pour la réfection complète de l’éclairage de la Basilique nous n’avons pas encore l’exact montant nécessaire, c’est l’étude technique qui nous le précisera mais il faudra réunir plusieurs milliers d’euros pour cette grande réalisation.

 

Je sais pouvoir compter sur votre générosité et confie ces projets à l’intercession conjuguée de Marie et de Joseph.

 

Si chaque abonné versait ne serait-ce que 10 euros pour financer les projets 2017, nous pourrions conclure.

 

Merci à tous,

 

Au cœur du sanctuaire la prière monte vers Dieu par l’intercession de la Vierge Marie.

 

Chaque jour nous confions vos demandes, vos intentions de prière sachant que le Ciel est attentif à nos supplications.

 

En ce qui concerne cette revue, votre revue, sachez que je travaille, avec d’autres, à sa réforme afin qu’elle réponde mieux à vos attentes. Ce chantier nécessite beaucoup de temps et de talents, merci de prier pour sa réussite.

 

Dans la joie de Pâques et bien fidèlement,

 

 

Père Vincent DELABY

 

 

 

Mois de Mars


Joseph est d’une grande discrétion. L’Évangile ne retient aucune

phrase prononcée par lui. et pourtant quelques lignes de saint

Mathieu nous apprennent beaucoup de choses à son sujet.

1/ d’abord, c’est un homme juste. Être juste c’est chercher à lire,

entendre et sentir les volontés de dieu sur soi: cela demande un

certain entraînement!

2/ il est fiancé à Marie. Chez les juifs, les fiançailles donnaient

déjà tous les droits de la vie conjugale, cependant la jeune femme

continuait à vivre chez ses parents et encore sous leur tutelle.

Marie était donc déjà la femme de joseph mais elle ne serait sous

sa tutelle que lorsqu’il l’aurait prise chez lui.

3/ C’est naturellement par Marie que joseph apprend et comprend

que l’annonce de l’ange présage beaucoup plus qu’un bébé

à mettre au monde: ce nourrisson est fils de dieu. joseph se voit

étranger à un tel destin et cherche comment rendre sa liberté à

Marie sans lui faire de tort. C’est alors que l’ange lui donne la réponse:

“ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse”.

4/ C’est enfin joseph qui transmettra à l’enfant les promesses

faites à David: jésus devait être descendant de David, le cas de

joseph mais pas celui de Marie, de la tribu de Levi.

homme juste, joseph fait exactement ce que l’ange du Seigneur

lui a prescrit.

Que saint joseph nous éclaire et nous fortifie dans notre mission!

 

Henri Marescaux, diacre. (Cathédrale Saint-Louis, Versailles)

 

 

 

Mois de février : Marie, Reine de nos cœurs


 

Le 8 décembre à la basilique tous ceux qui aiment la sainte Vierge se sont merveilleusement mobilisés afin que cette Solennité soit la plus belle possible, qu’elle ne soit pas simplement belle, qu’elle ne soit pas simplement correcte mais qu’elle soit superbe.

Je rends grâce à Dieu pour la mobilisation exceptionnelle des fidèles de la basilique qui promptement ont répondu à mon appel en donnant de leur temps. Les jeunes qui ont animé la veillée, les bénévoles qui ont distribué les 10 000 tracts et ont donné de leur temps, merci à tous !

Ce fut une étape qui a permis de commencer d’inviter les chrétiens de Blois et d’alentour afin de fêter Marie en son Immaculée Conception.

Cette étape en appelle d’autres car point question de s’endormir ou de se reposer sur ses lauriers, il faut faire en sorte que le peuple chrétien se tourne avec grande ferveur vers notre Mère du Ciel et que le sanctuaire Notre-Dame-de la Trinité soit véritablement le sanctuaire marial de ce diocèse.

Tous ceux qui aiment la basilique, et que je remercie pour leur aide à l’occasion de cette grande fête, devront demain tout mettre en œuvre avec courage, compétence et ingéniosité ou, comme le dit fort justement notre saint père le pape, avec sagacité, c’est à dire « avec la rapidité d’esprit à comprendre et à affronter les situations avec sagesse et créativité ».

P. Vincent

 

Mois de janvier : Marie Reine de la Paix

 

 

Mois de décembre : Venu en notre chair

Chers amis,

Célébrer la sainte fête de Noël dans un sanctuaire marial est un privilège dont il faut prendre la mesure.

 Dans les premiers chapitres de l’Evangile selon saint Luc, la Mère de Dieu participe au Mystère du Salut et, dès lors, accompagne tout homme à la rencontre du Fils bien-aimé du Père.  

 Comme le souligne le catéchisme de l’Eglise Catholique (n° 967 et 968) La Très Sainte Vierge Marie est notre mère dans l’ordre de la grâce.

 Par son adhésion entière à la volonté du Père, à l’œuvre rédemptrice de son Fils, à toute motion de l’Esprit Saint, la Vierge Marie est pour l’Église le modèle de la foi et de la charité. Par là, elle est " membre suréminent et absolument unique de l’Église " elle constitue même " la réalisation exemplaire " de l’Eglise. »

 Sa maternité s’exerce sur tous les membres de l’Eglise, quelle que soit leur condition. Les fruits de cette maternité sainte toute remise de façon absolue entre les mains du Père, sont innombrables. Au Ciel nous découvrirons , émerveillés, tout ce que nous lui devons.

 Mais, dès à présent, et particulièrement à l’approche de Noël, nous sommes invités à vivre avec Marie.

 Il n’est pas ici question d’une simple dévotion facultative, fragile et sujette à critiques. Il s’agit de la Mère de Dieu, la Très Sainte Vierge Marie, notre mère.

 Vivre Noël avec Marie, c’est apprendre les secrets du Cœur de Dieu uni au Cœur de la Mère.

 Vivre Noël avec Marie, c’est quitter nos prétentions orgueilleuses, fuir nos points d'honneur et les raisonnements du monde (ste Thérèse d’Avila)

 Vivre Noël avec Marie c’est faire confiance au Sauveur selon l’enseignement de Celle qui nous donne le Sauveur.

 A chacun d’entre vous j’adresse mes vœux de saint Noël, en ces jours saints ma prière monte pour vous vers la Très Trinité sainte par l’intercession puissante de Marie.

 Saint Noël à vous tous, abonnés de la revue et pour chacun de vos proches !

 Père Vincent DELABY, Recteur

 

Mois de novembre : Espérer

 

Chers amis,

Depuis le jour de notre baptême nous sommes entrés dans la Vie éternelle, plongés dans la mort et la résurrection du Seigneur Jésus bénéficiant ainsi du Salut.

Dès lors, pourquoi tant d’angoisses, d’inquiétudes et, osons le dire, de doute quant à notre destinée et celle de nos proches ?

 Ce n’est pas le monde qui doit écrire ou nous dicter le sens de notre vie, ce n’est pas l’orgueil des hommes qui devrait nous empêcher de fixer notre regard vers le Seul qui a les Paroles de la Vie éternelle.

 Voudrions-nous nous-même construire notre vie terrestre et envisager notre éternité d’une autre manière que celle que Dieu nous a préparée ?

La vie chrétienne est un combat contre la nuit, le péché et le mort et c’est Dieu qui, pour nous, mène ce combat. Il offre sa vie, il aime tous les hommes, il donne sa vie en sacrifice saint.

 Aussi, chaque matin lors de notre prière entrons dans l’espérance, franchissons le seuil afin de demeurer tout le jour dans l’espérance qui ne déçoit pas.

Vivre dans l’espérance au cœur de nos vies parfois terriblement meurtries et blessées, c’est notre vocation, c’est la mise « en musique » du baptême que nous avons reçu. C’est notre bonheur.

Que la très sainte Vierge Marie, mère de l’espérance accompagne notre marche vers le Ciel, et que sa prière soutienne notre faiblesse.

Père Vincent Delaby

 

 

 

 

Mois d'octobre : éditorial du nouveau recteur de la Basilique

« Toutes choses finiront bien » 

Á la lecture attentive, amoureuse et régulière de la Parole du Seigneur, nous le savons « Toutes choses finiront bien » (Julienne de Norwich).

Au cœur de la détresse du monde, au cœur de nos croix et de nos douleurs connues ou cachées, il y a la présence douce et forte de Notre Seigneur qui souffre pour nous et avec nous.

Comme sur le Chemin de la Croix, la Mère du Seigneur, la Très sainte Vierge Marie est présente avec tout son amour. Amour immense du Cœur immaculé de la Mère.

Or donc, en ce début septembre 2016, je deviens le recteur de ce sanctuaire béni : la Basilique Notre-Dame de la Trinité. C’est avec la joie au cœur ainsi qu’avec une humble détermination que je pénètre en ce lieu de grâces.

Lieu de grâces édifiée à la gloire de Très sainte Trinité et de la Mère De Dieu. Lieu de recueillement et de ressourcement intérieur. Lieu de conversion, de rencontre avec Dieu.

Lieu d’intimité avec Marie, notre Mère.

À la suite de la Communauté des Frères Capucins que je salue amicalement et auquel je rends témoignage pour l’admirable œuvre accomplie ici. À leur suite, je souhaite être l’humble ouvrier dans la vigne du Seigneur sous le regard attentif de la Reine du Ciel et de la terre.

Puissions-nous tous ensemble pèlerins de la Basilique, abonnés à la revue, faire monter vers Dieu notre prière pour tous les frères Capucins. Je connais comme beaucoup tout ce que nous leur devons. Dieu le sait mieux encore et il n’est pas ingrat.

«Toutes choses finiront bien», c’est donc le message divin que nous entendons et qui chasse la peur, la crainte de nos cœurs fragiles et incertains.

Recteur de la basilique, au service de la Mère de Dieu je me réjouis des merveilles que, par son intercession, le Seigneur prodigue et prodiguera en ce lieu.

Avec vous pèlerins aux milles visages, je souhaite me mettre au service. Ensemble nous adresserons la louange et l’action de grâces et d’un cœur unanime et humble nous nous mettrons à l’écoute de Celle qui nous a donné l’auteur de la vie. (2)

Chaque jour, en cette magnifique basilique, la prière monte vers le Ciel à toutes vos intentions, amis lecteurs, pèlerins ; j’ose aussi vous demander de prier pour moi.

Á Jésus par Marie,

Père Vincent DELABY

Recteur de la Basilique, installé le 4 septembre 2016.

 

 

Mois de septembre

Chers amis, lecteurs et lectrices, toute naissance est une joie pour le cœur, et un émerveillement pour les yeux. Voici nous entrons dans le mois de Septembre marqué de la Fête de la Nativité de la Vierge Marie, éternellement Mère de Dieu et notre Mère. C’est par elle, de la race de David, le salut du monde est apparu aux croyants. Quantité de chants, cantiques et hymnes, mais encore d’ouvrages musicaux, de chorales, célèbrent Marie à travers les siècles chrétiens.
Dès sa naissance, Marie était une femme pleine de délicatesse, pleine de sensibilité et d’intuitions envers les autres. Elle a aussi la capacité de souffrir, cette puissance de compassion que Dieu n’a misses qu’au cœur féminin.
Le message de Marie à Cana « Faites tout ce qu’il vous dira » est celui qu’elle transmet à tous pour être conduits au bonheur céleste. Bien d’autres invitations de Marie à prier pour les pécheurs, pour les pauvres, pour les petits, pour les malades, pour les souffrants, d’œuvrer pour un monde meilleur, pourraient être citées. Elle porte en son cœur des milliards d’êtres humains et, en même temps, l’ouvre à chacun comme toute vraie maman à son petit enfant.
Dans notre humble condition d’hommes ou de femmes pécheurs, n’hésitons pas à mêler nos voix et surtout nos cœurs à une louange universelle à la Naissance de Marie. Elle ne cesse de nous aimer, d’intercéder auprès de Dieu pour nous acquérir le bonheur infini promis « le Jour du ressuscité » à la fin des temps.
Aimons Marie ! Car, elle est notre mère qui nous conduit à Dieu, pour nous rassembler tous et toutes dans le Corps unique dont Jésus est la tête. Que les saintes mains de Marie répandent dans nos cœurs avec profusion l’humilité, l’innocence, la simplicité, la douceur et la charité ; que ses vertus de son cœur saisissent le nôtre pour que nous appartenions avec elle au Christ.

 

Frère Lucas

 

Le mot du recteur : mois de juillet-août

Chers amis, une édifiante et très agréable surprise m’attendait au cours d’une rencontre avec nos sœurs franciscaines indiennes, quand une ancienne nous dit que chaque fois qu’elle rend visite à des chrétiens, elle récite avec eux la neuvaine de Notre-Dame de la Trinité, puis elle nous témoigna de la confiance  qu’elle rencontrait en nous rapportant les nombreuses  grâces et merveilles ainsi obtenues.

« Bien sûr, disait-elle, c’est surtout lorsqu’ils se trouvent en difficulté qu’ils récitent la neuvaine ; et ils sentent que leur prière est exaucée. Oui, les souffrances, les épreuves de notre vie quotidienne sont souvent insoutenables et nous accablent au point que notre vie terrestre paraît pénible et nous pèse énormément.
Pourtant malgré ce constat, nous continuons de croire et de témoigner que Dieu peut changer nos souffrances en bénédictions ; et nous crions à Dieu nos peines afin d’obtenir son réconfort. Il libéra son  peuple Israël du joug de l’Egypte et Il nous connaît mieux que nous nous connaissons nous-mêmes ; lui seul peut changer le mal en bien.  C’est en Lui que nous, chrétiens, mettons notre confiance car nous en avons l’expérience, il nous accorde son aide chaque fois que nous nous tournons vers Lui.
Comprenons bien, amis lecteurs et lectrices, que Dieu peut changer en biens tous nos maux : nos vêtements de deuil en vêtements de joie. « Il dit et la chose arrive ; il ordonne et elle existe. » Dieu veut bénir chacun d’entre nous, nous libérer, nous donner la vie. Confiance donc, et que tout au long de ces mois d’été, le Seigneur par l’intercession de Marie nous garde en sa bénédiction.

 

Le mot du recteur : mois de juin

Chers amis, le 22 mai dernier nous avons célébré avec joie Notre Dame de la Trinité, notre Fête patronale et voilà qu’aujourd’hui la liturgie nous invite à découvrir durant tout le mois de Juin l’amour du Cœur de Jésus, son infinie prodigalité. Le cœur, disent les savants, est un muscle puissant de la taille d’un pamplemousse qui propulse le sang dans tous les tissus de l’organisme à travers 150.000 km de vaisseaux sanguins. Pour répondre aux besoins énergétiques du corps, il doit battre plus de 100.000 fois par jour avec un débit de cinq litres de sang par minute. Tout naturellement le cœur de Jésus est reconnu comme le siège de son amour pour les hommes.

La petite Thérèse de Lisieux parlant des trésors de miséricorde du cœur de Jésus écrivait : « L’amour de Jésus a chassé de mon cœur la crainte, le souvenir de mes fautes et me parle de miséricorde et d’amour. Ainsi libérée Thérèse a pu nous ouvrir les voies de la petite enfance.

Dieu est amour ; le cœur de Dieu est plein d’amour et parce qu’il désire la joie éternelle pour tous les hommes, ses pensées pour chacun de nous ne sont que des pensées d’amour. Quand le Verbe s’est fait chair, Dieu en Jésus a pris un cœur de chair, un cœur sensible comme le nôtre avec son rythme et ses battements ; un cœur sachant s’émouvoir, se réjouir et aussi s’attrister. Que n’a-t-il pas vécu durant sa Passion ? On peut même dire que ce cœur humain de Jésus à l’issue de sa passion a cessé de battre et que, transpercé d’un coup de lance, il laissa se répandre de l’eau et  du sang.

Ainsi, de  ce cœur inerte l’amour a encore jailli avec toutes les grâces qui découlent du Mystère  Pascal. Ce cœur, enfin, est devenu à Pâques, un cœur ressuscité qui vit et bat à jamais pour les hommes d’un amour  indéfectible.


Le mot du recteur : mois de mai  – 

Bonne Fête de la T. Sainte Trinité (22 mai)

 

Chers amis

de Notre Dame de la Trinité, le mois de mai nous invite à préparer nos cœurs à célébrer dans la joie le dimanche 22, notre Fête patronale en la Solennité de la très Sainte Trinité. Fondement de notre foi le dogme de la Sainte Trinité,  affirme qu’il n’y a qu’Un seul Dieu mais en précisant toutefois : Un seul Dieu en trois personnes. De fait c’est toujours au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit que nous prions ; Trois personnes distinctes certes mais tellement unies qu’elles ne font qu’Un, qu’elles ne sont qu’Un seul Dieu.

 


Notre Fête patronale nous rappelle donc cette vérité essentielle que nous sommes presque les seuls à posséder. Gardons jalousement cette Lumière de notre foi, d’autant plus qu’Il nous a créés à son image et ressemblance.  C’est inouï ! En chacun de nous l’image et la ressemblance avec Dieu nous permet de communiquer avec Lui, de recevoir ses révélations, de le prier et aussi hélas de le rejeter. Tout cela manifeste que l’homme est une créature véritablement merveilleuse (Psaume 139.14). Saint Pierre dit que nous sommes des pierres précieuses qui ont chacune un rôle particulier pour édifier l’œuvre de Dieu.

Cette mission peut nous faire peur. Mais heureusement nous ne sommes pas seuls. Le Seigneur nous a promis d’être avec nous tous les jours et jusqu’à la fin du monde. Aussi supplions le Seigneur les uns pour les autres de nous garder fidèles à son amour et de nous donner force et courage pour en témoigner tous les jours là où nous sommes auprès de celles et ceux qu’il met sur notre route.

Que par la médiation de Marie le Seigneur renouvelle notre intelligence et nous donne une révélation profonde de tout ce que sa  grâce peut faire en nous. Secouons nos indifférences, soyons différents par nos dons et nos particularités,   restons surtout unis dans notre foi en Jésus, notre Seul Sauveur. A vous tous bonne Fête de la Sainte Trinité !

 

 

Le mot du recteur : mois d'avril – 
« Me voici Seigneur, je viens faire ta volonté ».(Ps. 39)

Chers amis, ce verset du psaume 39 exprime la réponse spontanée, généreuse,  de qui entend un appel sans équivoque. Il va nous permettre de vivre en profondeur le 4 avril la Fête : de l’Annonciation (du Seigneur) faite à Marie ; Fête qu’on pourrait appeler la fête du ‘me voici’. Bien sûr tout au commencement il y a le ‘me voici’ de Dieu qui, dans son grand amour, décide d’établir une relation avec sa créature. Puis c’est le ‘me voici’ du Fils envoyé par le Père et qui dit : « me voici, je viens faire ta volonté » Et finalement c’est le ‘me voici’ de Marie qui parle au nom de toute l’humanité.
Marie ne connaît que la volonté de Dieu. Elle travaille activement avec attention, dans le recueillement et prie en suppliant le Seigneur d’envoyer le Messie promis. Depuis sa plus tendre enfance, sa vie, sa joie et son bonheur étaient de faire la volonté de Dieu. L’Annonce de l’Ange la comble d’une joie infinie et grâce à son ‘oui’, à son ‘me voici’ Jésus vint parmi nous inaugurant ainsi le mystère de l’Incarnation.
Dans notre vie, nous avons nous aussi Frères & Sœurs nos annonciations. N’avons-nous pas entendu un jour Dieu qui nous invitait à l’aimer et à le servir dans la vie ? Et puis nous avons nos innombrables annonciations quotidiennes alors demandons la grâce de savoir toujours dire comme le Fils bien-aimé et sa Mère : « Me voici Seigneur pour faire Ta volonté. »

 


Le mot du recteur : mois de mars – Il est ressuscité !

Chers amis lecteurs et lectrices, voici le mois de Mars, le mois nouveau qui va nous conduire à la Semaine Sainte et à  Pâques, la Résurrection du Seigneur.  Le 19, avec dilection, nous fêterons St Joseph un homme effacé, un homme de silence capable d’écouter Dieu lui parler et capable de changer ses plans à la lumière des paroles entendues. De St Joseph,  les Evangiles ne nous rapportent aucune parole mais racontent admiratifs ses actes de dévouement et d’abnégation. La mission de Joseph fut de veiller sur Marie et Jésus en les protégeant de toute malveillance. Jésus, le Verbe divin, le Fils éternel du Père s’est incarné dans la famille humaine de Marie et de Joseph                         
       Avant d’être le Fils de Marie jésus est d’abord le Fils de Dieu son Père. C’est à la lumière de Pâques que Marie  découvrira vraiment le sens de tout l’Evangile. Marie et Joseph ont dû faire un cheminement difficile pour adhérer au mystérieux projet de Dieu sur leur fils, l’enfant qui leur était confié. Pour eux cela semble avoir été une marche dans la nuit de la foi.            
     Ces évènements évangéliques qu’ils ont vécus nous renvoient à notre vie quotidienne et nous interrogent sur la place que nous y donnons à Dieu. Comme Joseph l’a pratiqué Ils nous rappellent que tout doit être subordonné à Dieu « Dieu premier servi » toujours et partout. Ne doutons pas que Dieu compte sur chacun de nous là où nous sommes. Trop souvent nous sommes très loin de tout subordonner à notre amour pour Dieu notre Père.                 
     En cette fin de carême nous découvrons que préparer Pâques, c’est d’abord prendre du temps pour le silence et la lecture de l’Evangile. En écoutant la Parole apprenons comme Joseph à la mettre en pratique, à être dociles à ce que Dieu nous suggère.  Qu’à l’exemple de Jésus, Marie et Joseph nous cherchions à découvrir toujours plus le mystère caché de ce Dieu qui vit au milieu de nous ! Saintes et Joyeuses Pâques à vous tous !                               

 Frère Lucas

 

SOMMAIRE (extraits) du numéro de février 2016

1            Le mot du recteur (ci-dessus)

2            Homélie pascale, Saint Jean Chrysostome

3            Le billet du Frère Raphaël-Jacques : Saint Joseph le silencieux

4            Les pères de famille à Montmartre

              L'esprit d'Assise, de 1986 à nos jours

6            Evangiles commentés

7            Courrier des lecteurs

8            Nos joies, nos peines

 

 



 

 

 

 

 

 

 

 

Numéro Spécial "SAINT PADRE PIO", 3° édition

Cette troisième édition du numéro spécial Saint Padre Pio est disponible : s'adresser à l'Association Notre-Dame de la Trinité - 6€ (port en sus)  

"Amour de Dieu et du prochain, prière et charité sont les deux axes de l'histoire du Padre Pio et le secret de sa sainteté. Cela peut sembler peut-être inaccessible pour ce qui nous concerne et pourtant, par son exemple, il nous dit qu'avec la grâce de Dieu et dans la communion avec tous nos devanciers -les saints- l'Evangile est notre chemin et qu'il mène au bonheur !"

Frère Pio Murat, OFMCap

 

Les mosaïques du père Rupnik

mosaïques du père Rupnik 

Le père Marko Rupnik, est mondialement connu pour ses mosaïques. Il a embelli la façade de la Basilique de Lourdes en représentant les mystères du Rosaire. Le chemin qui mène à la crypte à San Giovanni Rotondo a été balisé par de magnifiques mosaïques, réalisées par le père Rupnik : une illustration de la vie du Christ modèle de sainteté pour saint Padre Pio et saint François. Ces mosaïques nous sont présentées dans ce numéro spécial. Elles évoquent pour nous le chemin de la sainteté.  

La revue

Revue ND de la trinitéLa revue est au service de la communauté de foi et de prière des Amis de Notre-Dame de la Trinité, de tous ceux qui aiment confier à "Notre-Dame des Trois Ave" leurs joies, leurs soucis ou leurs détresses, de tous les pèlerins d'un jour et les habitués du sanctuaire.

Cette revue a pris, après la guerre de 1940, le relais du "Propagateur des Trois Ave Maria", né au début du 20ème siècle.

Chaque numéro vous propose, avec un éclairage franciscain : prières, méditations, témoignages, articles de réflexion et de formation sur l'actualité de l'Eglise et du monde.